Comment anticiper les risques du travail en hauteur ?

Le travail en hauteur désigne les situations de travail qui résultent de l’emplacement du travail ou de l’utilisation de certains équipements.

Le travail en hauteur remplace de plus en plus les grues ou échafaudages, en effet, il permet un gain de temps et d’argent pour les entreprises, mais il est sujet à des risques de chutes d’objet et de personnel.

Le travail en hauteur est sujet à des risques

  • Chutes d’objets : pouvant provoquer des blessures aux personnes se trouvant en dessous, pouvant provoquer des arrêts de chantiers ou des dommages sur le matériel ;
  • Chutes du personnel : pouvant provoquer des accidents graves. Elles sont la première cause d’accidents graves et mortels dans le BTP et représentent 16% des accidents et 30% des causes de décès dans ce secteur (Source : https://www.preventica.com).

Pour éviter les risques liés au travail en hauteur et garantir la sécurité des travailleurs, plusieurs solutions s’offrent aux entreprises.

Prévention pour la chute d’objets

Ce principe permet d’éviter la chute d’objets lors des activités non habituelles (maintenance, travaux…). Il empêche :

  • Les risques de blessures qui pourraient être causés par la chute d’objet ;
  • Les risques d’arrêt de l’exploitation, dans le cas où le travailleur doit arrêter sa tâche pour récupérer l’objet ou que l’objet tombé empêcherait le fonctionnement normal de l’activité.

La prévention des chutes d’objets se décompose en 3 étapes, de l’outil jusqu’au travailleur :

  1. Le point de fixation à l’objet, en fonction de la régularité de l’utilisation :
    • Permanent (fixé)
    • Semi permanent (thermocollé)
    • Temporaire (scotché)
  2. La lanière, il faut déterminer :
    • Sa longueur, en fonction de la nature du travail à réaliser ;
    • La facilité de pose ou de rangement sur le point d’ancrage en fonction de la durée de la tâche ;
    • Son ergonomie, en fonction du poids de l’objet.
  3. Le point d’ancrage, en fonction :
    • Du type d’intervention ;
    • De la durée de l’intervention
    • De l’ergonomie.

Prévention pour la chute des travailleurs

La réglementation ne donnant pas de définition du travail en hauteur, c’est au responsable de la sécurité des salariés de rechercher les risques de chutes liés au travail en hauteur, d’évaluer ces risques et de les éviter. Selon l’article L4121-1 du code du travail, l’employeur doit mettre en œuvre les mesures pour assurer la sécurité de ses salariés.

Les travailleurs qui exercent leur activité en hauteur doivent être protégés en cas de chute, Haléco propose de nombreuses solutions d’équipement de protection individuelle tels que :

  • Des harnais : ils permettent de maintenir le porteur et de répartir les efforts engendrés par l’arrêt de la chute. Il doit être conforme à la norme NF EN 361.
  • Des ceintures : elles permettent de maintenir les objets au travailleur et ainsi d’avoir une plus grande aisance et rapidité lorsque l’objet doit être utilisé.
  • Des longes : elles permettent de créer un système de liaison qui est constitué d’une longe de 2 mètres maximum et de 2 connecteurs, elles doivent être conformes à la norme NF EN 354.
  • Des cordes ;
  • Des absorbeurs d’énergie : lorsqu’une longe est utilisée sur un point d’ancrage fixe, elle doit comporter un absorbeur d’énergie qui doit être conforme à la norme NF EN 335.
  • Des enrouleurs ;
  • Des connecteurs : ils doivent être conformes à la norme NF EN 362 ;
  • Des ancrages temporaires ;
  • Des lignes de vie temporaires ;
  • Des kits antichute pour toiture et échafaudages.

Les EPI doivent être contrôlés au moins une fois par an et remplacés (d’après l’arrêté du 19 mars 1993) si leur état ne garantit pas la sécurité des salariés.

Haléco vous accompagne et vous propose une solution sur mesure pour votre équipement en EPI et en matériel antichute d’objets. Contactez-nous au 04.90.39.39.66 ou à clients@haleco.fr.

by haleco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *